Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Su-asti-Gil

Su-asti-Gil

Peuples, symboles, croyances, rituels, animisme, ethnologie, chamans, tatouages, ancêtres, sagesse tournant autour du Svastika.

Publié le par Gil
Publié dans : #Afrique


A l’origine, le pilier « djed » représentait de manière stylisée un arbre en fleurs ou un pilier constitué de faisceaux de tiges végétales qui jouait un rôle dans les rites de fertilité.

Au Moyen Empire, il est représenté dans les sarcophages à proximité de la colonne vertébrale du défunt.

Au Nouvel Empire il est clairement identifié à la colonne vertébrale d'Osiris, dieu de la fécondité et de la résurrection. (Les 4 barres horizontales du pilier représenteraient les vertèbres cervicales d'Osiris)

Certains proposent qu'il tirerait son origine d'un ancien culte du bétail et représenterait à l'origine la partie postérieure d'une colonne vertébrale bovine.

Symbole du culte de Sokaris, dieu thébain, l'érection du Djed avait une grande importance, surtout lors des couronnements royaux. Il jouait aussi un grand rôle dans les rites agricoles où il représentait la résurrection d'Osiris.

Le rite d'ériger un pilier Djed équivalait à rendre la vie au dieu. Le pilier évoque également l'indispensable stabilité du pays et la nécessité de maintenir la cohésion de la Haute et de la Basse Egypte.


Le hiéroglyphe « Djed » signifie en égyptien « stabilité », « durée ».


Pilier djed peint sur un des piliers de la chambre
de la tombe de Néfertari, épouse de Ramsès II



 


Le pilier djed associé au symbole de la Vie, « ankh »

-le cycle solaire, avec le lever et le couché de l’astre-

 


amulettes en forme de pilier Djed déposées
près de la colonne vertébrale du défunt






 

"Pilier en forme de tronc ébranché attribué au dieu Osiris, qui symbolise la colonne vertébrale du dieu assassiné. Il symbolise aussi la continuité, la stabilité de l'univers et son harmonie, ce que l'on représentait pendant la fête Sed, lorsque le roi d'Egypte érigeait le pilier sacré pour le dieu Ptah. Parce que Seth renversa ce pilier en tuant son frère Osiris, le pharaon avait comme premier devoir de le redresser rituellement pendant la cérémonie de son couronnement, puis au moment de ses jubilés. Le pilier Djed  jouait également un rôle de premier plan dans les rites agricoles, car il représentait, debout, la résurrection d'Osiris devenu le pilier de l'Egypte et du monde, le principe éternel reliant la Terre au monde céleste."
 

Définition du pilier djed dans le « Dictionnaire illustré de l'Egypte antique » d'Ernest J. Wurlod


Ptah, de la couleur d’Osiris, le vert, portant le pilier djed,
le sceptre ouas et l’anneau shen.

Derrière lui, qui l’accompagne et le protège, un grand djed.

Tombeau de Néfertari




 

« Redresse-toi, Osiris !

Tu as de nouveau ton dos,

toi dont le cœur ne bat plus.

Tu as tes vertèbres,

celui dont le cœur ne bat plus.

Mets-toi sur ton coté,

que je mette l’eau sous toi !

Je t’apporte le pilier de stabilité en or ;

Puisses-tu en être réjouis ! »

 

-formule 155 du Livre des Morts-


Les 2 piliers djed associés du pharaon Horemheb et d’Anubis,
dieu funéraire à tête de chacal,
qui est chargé d’accompagner Horemheb dans l’autre monde.


Personnel funéraire sculptant un pilier djed qui accompagnera le défunt momifié.

 

« Dans l’obscurité de ce long désert qu’est notre passage terrestre

 notre colonne vertébrale est le guide lumineux de celui qui sait voir.

Elle est l’outil de celui qui sait œuvrer.

Elle est le chemin de celui qui peut monter. »

 

« Symboliquement, la colonne vertébrale est le chemin de notre rencontre avec nous-même, dans notre potentialité déifiante. »

 

Lignes tirées du livre d’Annick de Souzenelle :

« Le symbolisme du corps humain »

(Editions Dangles / 1984)

....................................

Octobre 2009 / Gil

 

Le pilier djed-colonne-de-Vie arborant la couleur d’Osiris près à renaître


SVASTIsKArabée ou SvastiKhéper

- 4 svastikas unis pour former le dessin d’un scarabée -

 

Le scarabée Khéper symbolise l’incarnation de la vie qui renaît des profondeurs de la terre, monde chtonien, le Devenir d’une Vie nouvelle.

Les ailes repliées, il représente le disciple en gestation dans la boue terrestre. Il est la graine prête à germer, la vie qui n’a pas encore pu fleurir.

Symbole de résurrection, il évoque le parcours du soleil qui chaque jour renaît de lui-même.

 

« Je suis Khéper, le disciple, lorsque j’ouvrirai mes ailes, je ressusciterai »

-Inscription sur un temple égyptien-




 

La progression verticale, l’ascension

 

Le point est le centre, le commencement, l’origine de toute chose.

De ce point né la croix, la Création, l’accomplissement

Le Créateur (1) et la Création (4) donnant la Créature, l’Homme (5) cherchant la déification.

Vue de face, la croix représente l’Homme en lien avec autrui (la ligne horizontale), et en relation avec le Divin (la ligne verticale).

Vue de dessus, la croix représente les 4 points cardinaux (l’espace physique)

Puis cette croix se met d’abord à tourner lentement vers la droite pour devenir le svastika dextrogyre, sens bénéfique, puis de plus en plus vite pour devenir le disque solaire.

Chez les égyptiens, le disque solaire est Ré, créateur et défenseur de l’Ordre Cosmique sans qui la vie n’existerait pas.

Dans l’interprétation symbolique, le centre du disque solaire représente le Créateur (tout comme le point du départ), le spirituel. Le cercle, quand à lui, représente, l’espace, la matière.


 

« Entre le point central et la circonférence s’étend un espace,

et dans cet espace, qui est limité, circule la vie »

-Omraam Mikhaël Aïvanhov-

 

Le svastika, de par ses 4 orientations, symbolise l’espace physique.

Son mouvement circulaire, quand a lui, exprime le temps.

L’espace-temps se retrouve donc dans ce symbole.
 


 

Le lent cheminement tout le long du pilier djed,
ou de la colonne vertébrale abouti au disque solaire, lumineux.
Résurrection du Pharaon, ou du commun déifié en Ré immortel.





Djed, Colonne-de-Vie

 

33 vertèbres:

4 vertèbres coccygiennes

5 vertèbres sacrées (sacrum)

5 vertèbres lombaires

12 vertèbres thoraciques

7 vertèbres cervicales

Commenter cet article

Damien 10/08/2014 14:30

Bonjour,

Je rejoins Lilibeth dans l'idée d'avoir découvert un sujet qui m'était encore inconnu et qui m'intrigue énormément =) ! Merci pour toutes ces informations, tes illustrations sont super ! Et dire que je cherchait une signification claire de ces colonnes cela aura été le cas.
Cependant beaucoup de questions resteront en suspens... Comment notre humanité a-t-elle pu découvrir autant de choses pour les ignorer au fil du temps ? Avons-nous perdu partiellement nos sens ? Comment la vie et les constructions était-elles viables en ces conditions ? .... Trop de mystère dans ce monde et malheureusement trop peu de souvenirs de ces époques ont été transmit ...

Elie :0059: 01/11/2009 08:20


Très instruit! Merci!
Que c'est magnifique! Bises et bon dimanche!


Lilibeth 31/10/2009 19:01


Bonsoir Gilles,

Je découvre encore un sujet inconnu avec joie et me laisse pensive ...
C'est cette même colonne vertébrale qui fait de nous le peuple de ceux qui marchent debout. Restons comblés de cette différence malgré la fragilité de cet empilement d'os. Liée à un concept du
yoga, c'est aussi le long de cette colonne qu'une énergie puissante se déplie. La kundalini se loge dans le sacrum pour remonter jusqu'à la fontanelle conduisant à un éveil spirituel et une haute
conscience de soi pour les disciples.
Que savaient donc nos lointains ancêtres que nous avons oublié aujourd'hui ? Il nous reste leurs symboles qui nous intriguent et nous interpellent. Ils nous causent au plus profond de nous dans
notre mémoire 'génétique'. Une sorte de familarité inexplicable ...
Le truc qui m'étonne, c'est d'être passée jusque là à côté du sawstika, merci de me l'avoir mis sous les yeux comme une évidence incontournable.

Bonne soirée
Lilibeth


Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog